Menu
125 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualité Marques > Dans la série des dépôts de marques « opportunistes » voici les marques CORONAVIRUS

Dans la série des dépôts de marques « opportunistes » voici les marques CORONAVIRUS

Le 04 mars 2020

Comme à chaque fois que le monde est frappé par une actualité forte (souvent tragique), des dépôts de marques en lien avec ces événements apparaissent comme par enchantement.

Ces dépôts de marques n’ont en réalité rien d’un enchantement dans la mesure où les déposants tentent de tirer profit du malheur des autres ou du « buzz » créé par ce type d’événements.

Les exemples de ce type de marques sont nombreux, et fort heureusement, les offices de propriété industrielle dans le monde veillent (dans la mesure du possible) à ne pas accepter l’enregistrement de ces marques.

En France, après les demandes de marques (refusées par l’INPI) pour JE SUIS PARIS, PRAY FOR PARIS ou encore GILET JAUNE ...l’INPI ne semble pas encore confrontée à des marques liées au CORONAVIRUS.

Mais ailleurs dans le monde : voici les premières demandes de marques pour CORONAVIRUS désignant par exemple des vêtements en classe 25 ou des services de divertissements en classe 41…

Ainsi, les premiers dépôts de marques pour CORONAVIRUS sont apparus aux USA et en Chine et sont en cours d’examen pour le moment par les offices de marque...leur refus ne fait pas de doute (le choix du fondement juridique de refus est attendu).

L’office chinois de la propriété intellectuelle a d’ailleurs émis un communiqué de presse le 27 février dernier par lequel il annonce mettre en place des lignes directrices spéciales pour l’examen des demandes de marques liées directement ou indirectement au virus.

L’office chinois de la propriété intellectuelle dit avoir déjà reçu plus de 1000 demandes de marques liées au CORONAVIRUS, ainsi par exemple, le nom du fameux hôpital construit en urgence a fait l’objet de plusieurs dépôts, tout comme le nom du docteur Li Wenliang lanceur d’alerte et victime de ce virus.

Pour le moment, deux mois après le début de l’épidémie, il est trop tôt pour parler d’une pandémie mondiale de dépôts de ce type, les bases de données n’ayant pas encore publié les dépôts les plus récents.

A suivre donc...et, contre la bêtise, le gel hydroalcoolique reste sans effet...

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Actualité Marques