Menu
125 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le prix de la contrefaçon s'élève à 60 milliards pour l'Union européenne

Le prix de la contrefaçon s'élève à 60 milliards pour l'Union européenne

Le 18 juillet 2019

Un communiqué de presse de l’EUIPO du mois dernier établit ce que coûte la contrefaçon à l’Union européenne ainsi que dans ses Etats membres.

La contrefaçon coûterait donc chaque année approximativement 60 milliards d’euros à l’Union européenne dans 11 secteurs différents. En France le manque à gagner serait de 7 milliards d’euros par an (https://euipo.europa.eu/tunnelweb/secure/webdav/guest/document_library/observatory/docs/Press_releases/Spring_campaign_Press_release_final_FR_France.pdf ).

Ces pertes correspondraient à :

-          7.4% du montant des ventes à l’échelle de l’Union européenne 

-          6.2% des ventes à l’échelle française en ce qui concerne les ventes de ces 11 secteurs.

L’analyse a été portée sur des secteurs suivants : cosmétiques, vêtements, articles de sport, jeux, bijouterie, maroquinerie, musique, vins, produits pharmaceutiques, pesticides et smartphones.

Si l’on se penche sur le secteur des cosmétiques, on remarque :

-          Une perte de 7 milliards d’euros au niveau européen, qui équivaut à 10.6% de l’ensemble des ventes

-          Une perte d’1.2 milliards d’euro au niveau français qui est équivalente à 9.3% de l’ensemble des ventes.

Dans le domaine des vêtements, la perte serait de :

-          28.4 milliards d’euros à l’échelle européenne

-          3.6 milliards à l’échelle française.

Cependant la France ne semble pas être le pays le plus touché puisque la perte est estimée à 9.2 milliards d’euros au Royaume-Uni, 8.6 milliards en Italie, 8.3 milliards d’euros en Allemagne.

Les pertes financières ne sont pas les seules conséquences de la contrefaçon, bien des emplois sont également perdus à la suite tels agissements. Au niveau de l’Union européenne près de 468 000 salariés seraient également touchés.

Depuis l’an passé, il semblerait pourtant que le montant du manque à gagner a reculé, à l’exception des secteurs des cosmétiques et des vêtements.

Toujours selon l’EUIPO, les domaines qui feraient un usage intensif des droits de propriété intellectuelles généreraient :

-          42% du PIB de l’Union, soit 5 7000 milliards d’euros

-          28% de l’emploi, soit 56 millions d’emploi directs.

-          38% des emplois dans l’Union européenne seraient également imputables indirectement aux secteurs utilisant leurs droits de propriété intellectuelle.

-          90% « du commerce de l’Union européenne avec le reste du monde »

Le directeur exécutif de l’EUIPO, António Campinos, a donc déclaré qu’« en raison des évolutions rapides des entreprises au XXIe siècle, l’économie mondiale et de l’Union européenne a largement recours aux droits de propriété intellectuelle tels que les marques, les dessins et modèles, les brevets et autres droits.

Cela pose le défi de veiller à ce que les ces droits soient plus accessibles à toutes les entreprises, notamment les PME, et à ce qu’elles soient protégées efficacement contre leurs atteintes, afin d’aider l’UE à conserver ses forces innovantes et rehausser davantage les emplois et la croissance. »

Outre la protection accordée aux entreprises par les droits de propriété intellectuelle, ceux-ci permettent une certaine croissance aux sein des Etats et de l’Union européenne.